Eglises de France Continentale
Index Lexique Plan Aide Contact Retour
       
Région Midi-Pyrénées
Département 81 - TARN
Ville LESCURE
Monument EGLISE SAINT MICHEL

 


"Sur la terre autrefois nous fûmes comme vous,
mortels; pensez-y bien et priez Dieu pour nous."
peut-on lire à l'entrée du cimetière qui entoure cette très belle église.
 

L'église romane de Saint Michel fut bâti par de moines bénédictin de Gaillac
à la fin du XI-début XIIème siècle pour former un prieuré. Le prieuré entourait l'Eglise, d'où les portes latérales,qui permettaient la communication.
La population entrait par le portail.

 
Pour lire la suite :


façade nord-ouest
façade sud
façade ouest
détail au dessus de la porte ouest
détail gauche de la porte
porte ouest
détail droit de la porte


Haut de page

façade est
façade sud-est
détail des modillons tout autour du haut de l'abside

fenêtre à gauche de l'abside
fenêtre à droite de l'abside


Haut de page

Autres curiosités à Lescure


Ancien fief de la papauté jusqu’à la Révolution, Lescure était à l'origine une possession de Constance, fille du comte de Toulouse et de Robert Le Pieux, qui fut cédée vers l'an mil au futur pape Sylvestre II.
Les seigneurs du village dont l'histoire a marqué les lieux, possédaient un château qui dominait le bourg lui-même fortifié. De ces temps, il ne reste que peu de vestiges si ce n'est des fragments de remparts, la Tour de l'Horloge et l'église Saint-Pierre - celle de Saint-Michel étant à l'extérieur des murs.



Ancien fief de la papauté, jusqu’à la Révolution, le village était autrefois fortifié. Quelques vestiges du château du Marquis de Lescure subsistent, dont l’Eglise St Pierre, restaurée par Nicolas Greschny. Associée à la proximité du château, l'église Saint-Pierre a toujours été qualifiée par la tradition orale d'ancienne chapelle seigneuriale. Elle est située en contre-bas du village, dominant le Tarn. Peu d'éléments nous permettent de dater sa construction, en grande partie en briques. Son plan à nef unique bordée de chapelles latérales se termine par un chevet plat. La présence de baies trilobées du XIIIe siècle, le voûtement de la nef achevé en 1736 ou encore la décoration principale du chœur réalisée en 1957 par Nicolas Greschny évoquent autant d'étapes distinctes les unes des autres.
C'est en entrant sous le porche que se trouve le bénitier à figures humaines en grès, qui témoigne probablement d'un savoir-faire local, assez rustique. En revanche, la dalle funéraire du XVIIe siècle, recouvrant les sépultures de la famille seigneuriale est à remarquer dans une chapelle méridionale, très proche de celle qui se trouve dans l’église Saint-Michel.


La Tour de l’Horloge, du XVI siècle conserve mâchicoulis, créneaux et meurtrières. Les remparts qui protégeaient le site sont encore visibles, élevés en galets de rivière, vestiges du bourg ancien et abritant encore des rues moyenâgeuses. Le bourg ancien s'ouvre au visiteur par son accueillante porte dite "Tour de l'Horloge".
Rare vestige des fortifications, la porte marque l'entrée principale du village médiéval.
Elle s'impose par le caractère défensif, conservant meurtières, mâchicoulis et créneaux. Son originalité réside dans l'emploi de la brique, lui conférant une architecture moins sévère que celle des portes traditionnelles en pierre. Le beffroi de Brens, situé dans le Gaillacois, s'apparente à celui-ci.
Edifiée à la fin du Moyen-Age, voire restaurée au XVIe siècle, la "Tour de l'Horloge", classée Monument Historique depuis 1911, représente pour les Lescuriens un véritable emblème architectural.




Pour lire la suite :


Haut de page