Eglises de France Continentale
Index Lexique Plan Aide Contact Retour
       
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département 13 - Bouches du Rhône
Ville Arles
Monument ABBAYE DE MONTMAJOUR

L'abbaye Saint-Pierre de Montmajour était une abbaye bénédictine fondée en 948 à environ quatre kilomètres au nord-est d'Arles dans le département des Bouches-du-Rhône (France). Dès la fin du Xe siècle elle devint l'une des abbayes les plus riches de Provence et le monastère se développa, entre le XIe et le début du XVIIIe siècle, par la construction d'une série de bâtiments religieux et militaires. Abandonné à la fin du XVIIIe siècle puis fortement dégradé après la Révolution, cet ensemble architectural est désormais classé aux monuments historiques.



L'âme du monument

Patrimoine mondial de l'UNESCO, l'abbaye de Montmajour, située à 2 kms du centre ville d'Arles, et bâtie sur un ilôt rocheux, constitue un remarquable répertoire des formes architecturales romane, gothique et classique.
L'Abbaye de Montmajour s'illustre par la construction de deux ensembles monastiques du XIe au XVIII siècles, lieux de vie d'une communauté de moines bénédictins.
L'été, l'Abbaye de Montmajour accueille des expositions dans le cadre des Rencontres de la Photographie d'Arles.



Le monument

Dominant la plaine au nord-est d'Arles, l'abbaye de Saint-Pierre fut fondée par des moines bénédictins sur le « Mont Majour » (la grande montagne) en 948. Ceux-ci édifièrent deux ensembles monastiques.
Le premier d'entre-eux, le monastère de Saint-Pierre, a été bâti du 10e au 15e siècle. Nombre de ses bâtiments subsistent encore. L'ermitage Saint-Pierre, des 10e et 11e siècles, a été en partie aménagé dans le rocher sud (fermé à la visite pour des raisons de sécurité). Ses chapiteaux se rattachent au style du premier âge roman. La nécropole rupestre fut aménagée au sommet de la colline et autour de la chapelle funéraire Sainte-Croix, du 12e siècle. La crypte est une véritable église basse. Son plan, unique en Provence, comprend en particulier une rotonde, un déambulatoire et des chapelles rayonnantes. Cette crypte supporte l'église haute ou abbatiale.
Coeur de la vie monastique, cette abbatiale dédiée à Notre-Dame est caractéristique des édifices romans du milieu du 12e siècle.
Le cloître, restauré en 1872, dessert les bâtiments conventuels : salle capitulaire, réfectoire, cellier, bibliothèque, cuisines... Ses chapiteaux portent de remarquables représentations d'animaux fantastiques, mais aussi de figures humaines et de végétaux.
La tour Pons de l'Orme surplombe ce premier ensemble : parvenu à son sommet, on peut découvrir un panorama qui embrasse Arles, Tarascon, la Crau et les Alpilles.
Le second ensemble est constitué par le monastère Saint-Maur, construit de 1703 à 1736 sur les plans de l'architecte avignonnais Pierre Mignard. Il devint le lieu de vie de la communauté bénédictine réformée de Saint-Maur, installée à Montmajour en 1639 (partie non ouverte au public).


Référence du texte : avignon-et-provence.com

Accès du coté nord


Essais de reconstitution à la fin du XVIII è siècle.

Cliquez

Carte issue de la brochure des Editions du Patrimoine
.

Le monastère Saint Maure vu du sud-est : le palais abbatial, le grand arceau et l'escalier.
Façade est
Vue depuis la cour du cloître; les ouvertures pour les cloches et l'emplacement de l'horloge aujourd'hui disparue.
 
Puit dans la cour du cloître La tour vue depuis la cour sud.  

Porte de la chapelle St Pierre donnant sur la nécropole.
Statue St Pierre
La façade inachevée de l'église abbatiale.
Puit dans la cour du cloître La tour Pons de l'Orme (XIV) La tour vue de la cour du cloître


Haut de page

La crypte Saint-Benoît
Montée vers l'abbatiale
Dans la rotonde centrale, le maître-autel
Déambulatoire circulaire

Abbatiale Notre Dame
le coeur
détail du plafond
Chapelles latérales

Le cloître

   
   

Détails des chapiteaux de colonnes
 

Détails des chapiteaux dans les galeries
 


Haut de page
La chapelle Sainte-Croix (XIIè siècle)


A l’est de l’abbaye de Montmajour, hors de la clôture du monastère, la chapelle Sainte-Croix, véritable joyau de l’art roman provençal, ne peut échapper au regard.
Sa situation est liée à sa fonction de centre de pèlerinage et son plan rayonnant en forme de quatre-feuilles reproduit l’image d’un reliquaire monumental.
Edifiée vers la fin du XIIe siècle, son architecture témoigne de la fusion entre une inspiration héritée de l’Antiquité et celle issue de la ferveur religieuse médiévale.
Enfin, elle témoigne de la réputation remarquable acquise par l’abbaye, notamment grâce à l’immense succès de son pèlerinage du « Pardon de Montmajour ».
 
Propriété privée ; Classée Monument historique (1840),
Patrimoine mondial de l'Unesco (1981)
Texte issu du site : patrimoine.ville-arles.fr
façade nord
Est
Ouest



Haut de page