ABBATIALE
SAINT-PIERRE
 

Ville :MOISSAC

 

Département : 82 - TARN ET GARONNE

 
 

 

Le cloître et le portail sud de l’abbatiale de Moissac correspondent à deux moments du développement de l’art roman, en 1100 puis entre 1115 et 1130. Le second en est l’un des chefs-d’œuvre les plus accomplis, et son tympan témoigne d’un art parvenu à la pleine maîtrise de ses moyens plastiques. A l’inverse, le cloître est l’un de ces chantiers qui nous font assister aux débuts de la sculpture romane.
Il s’agit en effet du plus ancien cloître historié. Cela signifie qu’une large part de ses soixante-seize chapiteaux illustre une histoire, ou plus exactement traduit en image un récit ou des idées, le plus souvent pour la première fois dans le cadre d’un chapiteau sculpté. A l’évidence, les choix du commanditaire s’imposent aux sculpteurs, le discours contient l’essentiel du sens et prime sur la plastique. L’œuvre magistrale du tympan montre tout le chemin parcouru en l’espace d’une génération et la place qui est désormais celle de la sculpture.
Notre sensibilité actuelle rend finalement bien compte de cette différence. L’émotion que nous éprouvons dans le cloître tient à l’harmonie de l’ensemble, mais les chapiteaux historiés nous sont rarement des objets de contemplation esthétique. Aussi nous attacherons-nous d’abord à en déchiffrer l’iconographie. L’art du sculpteur ne se limite pas pour autant à une simple transposition dans la pierre des sujets qui lui sont proposés : un regard attentif porté sur chacune de ces œuvres permet de distinguer les recherches sur la composition, dans le traitement des corps et du mouvement, d’y reconnaître de belles réussites. Une place à part doit être faite aux grands reliefs des piliers, moins soumis aux exigences d’une iconographie complexe et où domine l’expression plastique
Avant d’exposer les réflexions que suggère l’analyse iconographique et stylistique de l’ensemble de ces œuvres, il convient de replacer le cloître et son décor dans leur contexte. Une présentation historique rapide de l’abbaye est nécessaire. L’examen des bâtiments qui entourent le cloître éclaire la fonction de ses galeries, à la fois lieux de circulation, de méditation et de procession.

Référence du texte et du plan : Le cloître de Moissac
Quitterie Cazes et Maurice Scellès
Editions Sud Ouest 2001.




LE PORTAIL SUD


Façade sud
Façade est
à gauche
portail sud
à droite
de nuit

modillons au dessus du portail sud de gauche à droite d'ouest en est

Les textes concernant le tympan et le portail sud sont extrait de :
"Moissac porte du ciel" de Pierre Sirgant. Editions de l'association MONTMURAT-MONTAURIOL

cliquez une zone pour en voir le détail
Le tympan a été sculpté sur vingt-trois dalles de pierre. Elles sont parfaitement assemblées et les joints sont peu visibles; il y a eu, semble t-il, une inversion de deux plaques lors du remontage de la rangée du bas. Les Anciens occupent 14 panneaux où ils sont regroupés par deux, sauf aux extrémités. Les 9 panneaux situés au centre portent plus dignement l'éffigie du Christ, des deux grands anges qui l'accompagnent et des symboles des quatre évangélistes. L'assemblage a été si bien effectué que l'on pourrait croire réalisée sur un même support cette grande surface semi-cylindrique. Rien ne vient contrarier l'impression d'unité, la vibration de cette composition animée par les souples ondulations qui suggèrent "la mer de cristal" dont parle le texte.


portail à double entrée comme dans la bible
Saint Pierre
jambage ouest
Saint Paul
face ouest
du trumeau
Les lions
au centre
Jérémie
face est
du trumeau
Isaïe
jambage est
Saint Pierre tient fermement et serre contre sa poitrine les clés que Jésus lui a confiées : "Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise et les forces du mal ne pourront rien contre elle". Il piétine en effet le démon recrooquevillé dont il écrase la tête.
Saint Paul chauve comme le veut la tradition iconographique. Il tient un livre, symbole de ses écrits : les quatorze lettres adressées aux Eglises fondées par lui autour du Bassin Méditerranéen, constituent une partie importante du Nouveau Testament.
Accroupis à l'entrée des temples, les lions jouent leur rôle de gardiens, eux qui déchirent parfois les hommes sur certains chapiteaux du cloître : leur symbolisme trop riche est difficile à apprivoiser. Le fauve puissant peut aller jusqu'à représenter le Peuple, "le lion de Juda", fort de son alliance avec Dieu, et quand il sommeille d'un oeil, prêt à s'éveiller, il peut évoquer le Christ lui-même endormi dans la mort et qui va ressusciter.
Le prophète Jérémie. De cette émouvante sculpture Focillon disait : "une pareille science n'a jamais été dépassée... elle compte parmi les plus hauts chefs-d'oeuvre de tout les temps". Il a vécu au VIè siècle av JC dans un contexte politique difficile. Il est connu pour ses "lamentations" car il se désolait de l'échec de sa prédication. Il tient sur son coeur le phylactère, symbole de cette Parole qu'il a mission d'annoncer et dont il est la victime, devenant ainsi le prophète qui évoque le plus la figure du Christ souffrant.
Le prophète Isaïe qui vécut au VIIè siècle av JC, tient un rouleau où nous lisons les premiers mots de son fameux oracle : "Voici que la vierge concevra". Il est à la bonne place pour nous orienter vers les scènes de la Nativité représentées sur l'embrasement tout proche.



 
détails haut
détails haut
détails bas
ébrasement ouest
ébrasement est
détails bas
L'ébrasement ouest, à gauche et donc
"à la sinistre", plus sévère, stigmatise deux péchés, la luxure et l'avarice, l'argent de l'amour et l'amour de l'argent.
 
L'ébrasement est, à droite lorsqu'on est face au tympan, illustre la prophétie d'Isaïe et vient nous dire que notre terre est aimé de Dieu puisqu'il s'y est réincarné : en son Fils Jésus-Christ il a quitté son ciel pour se faire l'un de nous, partager notre aventure humaine.


A Moissac, tout finit bien puisque " Dieu veut que tous les hommes soient sauvés".
Les animeaux aussi participent au salut universel à en croire la joyeuse sarabande des quadrupèdes et des oiseaux en train de grimper le long des voussures qui accompagnes le portail et montent jusqu'au tympan.
Le monde végétal lui aussi, d'abord replié, s'épanouit et participe à la résurrection de toutes choses.







haut de page

L'INTERIEUR DE L'EGLISE


Double entrée comme au portail sud.
Allée centrale vers l'est.
(Détail)
Allée centrale vers la sortie (ouest)
Autel





Sièges du coeur avec détails.




Reliquaire
Orgues
Sarcophage
Groupe en bois doré de la fin du XVIIè siècle. Saint Jean Baptiste avait pour mission de préparer le peuple à la venue du Messie. Il accompagnait sa prédication d'un geste symbolique de purification, une ablution, un bain dans les eaux du Jourdain.





La MISE au TOMBEAU
Cet admirable ensemble en bois polychrome de la fin du XVè siècle, présente le seigneur Jésus sur le linceul de son ensevelissement. Il est tenu à la tête par Joseph d'Arimahie et aux pieds, par Nicodème.
Au second plan, de gauche à droite : Marie Cléophas puis la vierge Marie soutenue par saint Jean. Suivent Marie Salomé et Marie-Madelaine qui tient les aromates de l'embaumement.
Une restauration (en 1956) a délivré ces sculptures des couches successives de repeints qui les avaient dénaturées, pour retrouver la polychromie d'origine.
cliquez un personnage pour en voir le détail



haut de page



LE CLOÎTRE


     
angle sud-est
angle sud-ouest
angle nord-est

angle nord-ouest



Le cloître de Moissac est mondialement connu pour de nombreuses raisons, dont la qualité de sa sculpture romane, âgée de neuf siècles, et sa variété. Sur 76 chapiteaux qui l'ornent, environ cinquante d'entre eux sont historiés, c'est à dire qu'ils commentent des épisodes de la Bible ou des récits de vies de saints. Les autres chapiteaux évoquent la création (végétaux, animeaux).
Au centre de la galerie Ouest, la plaque de marbre du pilier central précise que le cloître roman fut terminé en 1100. Le sens des lettres des quatre dernières lignes restent encore mystérieux.


Ce plan est extrait de la brochure remise lors de la visite du cloître.
Les chiffres en rouge sous les photos vous aide à touver les chapiteaux dans les galeries.



Galerie ouest
Saint ANDRE
Saint PHILIPPE

saint ANDRE
détail
saint PHILIPPE
détail
Pilier central coté sud.
La plaque de marbre du pilier central qui précise que le cloître roman fut terminé en 1100 coté galerie.
saint SIMON sur le même pilier coté préau.
détail
Pilier central coté nord.

Sacrifice d'Abraham.
Glorification de la croix.
Daniel dans la fosse aux lions et l'annonce aux bergers.
Résurrection de Lazare.
Sacre de David par le prophète Samuel.
1
2
5
8
11
Les Béatitudes.
Histoire de Cain et Abel.
Ascension d'Alexandre ?
David et Goliath.
15
17
19
20


Galerie sud
Saint BARTHELEMY
Saint MATTHIEU

saint BARTHELEMY
détail
saint MATTHIEU
détail

Festin d'Hérode
et décollation de
saint Jean Baptiste
La Cité de Babylone
Le songe de Nabuchodonosor
Martyre de saint Etienne
David et
les musiciens sacrés
21
23
25
26
28
La Cité de Jérusalem
Le puits de l'abîme
Symboles des Evangélistes
La Chananéenne
et le Centurion
Le bon Samaritain
29
30
31
32
33
La Tentation du Christ
La Vision de saint Jean
à Patmos
La Transfiguration
Emprisonnement et
délivrance de saint Pierre
Baptême du Christ
34
35
36
37
38


Galerie est
Saint PAUL
Saint PIERRE

saint PAUL
détail
DURAND de BREDON
abbé de Moissac et
évêque de Toulouse
au centre de la galerie est
détail
saint PIERRE
détail

Samson et le lion Gabatta
Martyres de
saint Pierre et Paul
Le péché originel
Martyre de saint Laurent
Lavement des pieds
39
40
42
44
45
Lazare et le mauvais riche
Les noces de Cana
Adoration des mages et le massacre des innocents
Martyre de saint Saturnin
Martyres de saints Fructueux, Augure
et Eloge
L'annociation et la Visitation
47
50
52
55
57
58


Galerie nord
Saint JACQUES
Saint JEAN

saint Jacques
détail
saint Jean
détail



haut de page

.